« Le vecteur métalique de nos tendresses publiques | Accueil | Sous l'épave est la la plage »

17 jan 2005

Commentaires

Laurent A.

C'est les "gens" (parfois) et le vide qui s'intercale à leur passage (souvent) que j'épie.
Ce qui m'intéresse/m'atire chez quelqu'un, c'est sa dimension labyrintique , en regardant du dessus je joue à imaginer leur dédales, à en dessiner le plan, comme ci d'un coup ils m'étaient révélés...
ps : ca marche pas à tout les coups

Je me relis, et vous comprenez surement rien là, mais moi si, ... that's life

Verticale

Protégé dérrière si peu d'épaisseur. Quelqu'un se cache toujours dérrière quelque chose.. et épie.
Pris en flagrant délit! oui!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.